La première édition du prix Generet récompense un spécialiste des anomalies vasculaires

Le professeur Miikka Vikkula, de l'Université catholique de Louvain (UCLouvain), a été proclamé lauréat du nouveau fonds Generet, de 500.000 euros, dédié à la recherche sur les maladies rares. Ce spécialiste des anomalies vasculaires a reçu le prix des mains de la princesse Astrid lors d'une cérémonie qui se tenait jeudi à la Fondation Roi Baudouin à Bruxelles.

Le nouveau fonds, géré par la Fondation Roi Baudouin, souhaite donner un solide élan à la recherche sur les maladies rares et contribuer à faire de la Belgique un centre d'expertise sur ces maladies. Une maladie est dite 'rare' lorsqu'elle touche moins d'une personne sur 2.000. Mais étant donn é qu'il existe entre 7.000 et 8.000 maladies rares, ce sont 6 à 8% de la population mondiale qui en sont victimes.

Le fonds octroiera, chaque année pendant 20 ans, à un chercheur de pointe un montant de 500.000 euros, qui pourra être doublé si la recherche enregistre de réels progrès. 

Pour la première édition du prix, c'est le professeur Miikka Vikkula, rattaché au Laboratoire de génétique humaine de l'Institut de Duve -le centre de recherche biomédicale multidisciplinaire de la faculté de médecine de l'UCLouvain- qui a été récompensé pour ses recherches sur les causes génétiques des anomalies vasculaires. Au total, vingt-huit candidats avaient introduit un dossier de candidature pour ce prix.

«Il existe plus de 40 variantes d'anomalies vasculaires ou malformations (tuméfactions) des vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Sous leur forme la plus bénigne, elles se manifestent par de petites taches sur la peau, mais chez de nombreux patients, confrontés à des malformations plus étendues, elles sont très invalidantes et douloureuses. Elles peuvent en outre provoquer des saignements ou prédisposer le patient à de fréquentes infections», explique la Fondation Roi Baudouin.

La recherche du professeur Vikkula et de son équipe apporte donc de l'espoir aux patients atteints de différentes formes d'anomalies vasculaires.

En Belgique, les maladies rares concernent plus d'un demi-million de personnes. Ces patients doivent souvent attendre longtemps avant de pouvoir bénéficier d'un diagnostic correct et d'un éventuel traitement, pour autant qu'ils y aient accès.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.